Rgine Scelles resized Speaker

Régine Scelles

Professeur université Paris-Nanterre 

BIOGRAPHY

The disabled child: the desire to know and learning with one’s peers 
(version française ci-dessous)

The child goes through learning processes that, in part, are guided, sustained and organised by adults and, also come from what she jointly constructs with her peers in symmetrical and reciprocal interactions.

Every child invests in knowledge for varied reasons. Some are inward looking (desire to control things, to reduce disquieting forms of strangeness and answer to a questioning, etc.), while others are outward looking and focused on the bonds they nurture with those close to them (desire to be recognised, esteemed, have an influence on the other person, to overcome, etc.). All these reasons can be closely intertwined.

In this quest for knowledge, brothers and sisters, and peers, can be an extremely valuable resource and adults need to make sure that the disabled child is not deprived of that support.

Now, disabled children often experience difficulties in establishing diversified, elective and evolving relationships with their non-disabled or disabled peers. They then remain alone, solitary amid the groups around them, especially in those freer moments when there is no adult intervention to organise interactions.

It is frequently noted that disabled children “cling on” to adults and have difficulty in striking up friendships spontaneously and above all in creating lasting bonds with people who are not professionals or members of their family or their generation.

This lack of chosen and evolving relations with others has an impact on inclusion processes and the social, family and emotional life of disabled subjects. The reasons behind this situation are complex and the existence of deficiencies is not enough to explain this phenomenon.

Based on research work and clinical practice, the conference will open up avenues for investigation: 1) to support the development of skills in the disabled child to interact with her peers and 2) to identify the conditions that will foster the emergence of co-learning between children and seek out what favours or hinders the advancement of relations, when one of those involved has a disability. The main goal is to stimulate co-learning between peers not just in terms of knowing but also knowing how to be among children. These are the essential skills needed to live as best as possible in society and be a true part of one’s generation. 





L’enfant avec handicap : désir de savoir et apprentissages avec les pairs

L’enfant fait des apprentissages, qui, pour partie, sont guidés, soutenus et organisés par les adultes et, pour partie, viennent de ce qu’il co-construit avec ses pairs dans des interactions symétriques et réciproques.

Chaque enfant investit le savoir pour des raisons différentes, les unes ont trait à lui-même (désir de maîtriser les choses, de réduire les étrangetés inquiétantes et de répondre à un questionnement…), les autres ont trait aux liens qu’il entretient avec ses proches (désir d’être reconnu, estimé, d’avoir une action sur l’autre, de le dépasser….). Toutes ces raisons peuvent être étroitement intriquées.

Dans cette quête de savoir, les frères et sœurs, les pairs, peuvent être une ressource très importante et les adultes ont à veiller à ce que l’enfant handicapé n’en soit pas privé.

Or, souvent les enfants en situation de handicap éprouvent des difficultés à établir avec leurs pairs non handicapés ou avec leurs pairs en situation de handicap des relations diversifiées, électives et/ évolutives. Ils sont alors seuls, solitaires au milieu des groupes, en particulier, dans les moments libres, non organisés par l’adulte.

Il est fréquemment repéré que les enfants en situation de handicap sont « collés » à l’adulte, en difficulté pour établir des relations de manière spontanée et surtout des liens durables, avec des personnes qui ne sont ni des professionnels, ni des membres de leur famille de leur génération.

Ce manque de relations  choisies et évolutives avec les autres a un impact sur les processus d’inclusion, la vie sociale, familiale et affective des sujets en situation de handicap. Les raisons de cette situation sont complexes, l’existence des déficiences ne suffit pas à expliquer ce phénomène.

A partir d’une pratique de recherche et d’une pratique clinique, la conférence ouvrira des pistes : 1) pour soutenir le développement des habiletés de l’enfant en situation de handicap à interagir avec ses pairs et 2) pour  identifier les conditions favorisant la mise en place de co-apprentissages entre enfants et repérer ce qui favorise ou entrave le développement des relations entre enfants, quand l’un d'eux est en situation de handicap. Ceci afin de stimuler les co-apprentissages entre pairs dans le domaine du savoir mais aussi du savoir-être entre enfants. Compétences indispensables pour vivre le mieux possible en société et faire génération.